Bienvenue sur le site
de Mignovillard

Recherche :

Recherche Menu

Les aînés à la fête

Publié le 01/02/2015

Tradition de chaque début d'année : une quarantaine d'aînés de Mignovillard se sont retrouvés à la salle des fêtes ce samedi 31 janvier, pour un repas et une après-midi de convivialité, de chansons et de danse, à l'invitation de la Commune.

Après le mot d'accueil du maire, les convives ont pris place à table pour un bon repas avec au menu, jambon garni et germes de soja, darnes de saumon et riz aux trompettes de la mort, fromage et tiramisù à l'ananas. Les agapes ont été entrecoupées de valses, tangos et marches. L'ambiance a également été assurée par des chanteurs émétites et des moments de rire.

Retour en photos.

Mot d'accueil de Florent SERRETTE, maire de Mignovillard

Mesdames, Messieurs,
Chers amis,

Chaque année, il y a des rendez-vous qui sont notés à l’avance sur nos calendriers. Des événements qu’on ne souhaite pas manquer parce qu’ils constituent des moments de convivialité et de partage.

Ce traditionnel repas des anciens ne fait pas exception. Je crois d’ailleurs qu’on devrait plutôt appeler ce rendez-vous, le « repas des aînés », parce que je n’ai pas l’impression que vous soyez dépassés et usés.

Avec mes collègues nouvellement élus ou réélus, nous sommes donc très heureux d’être là, à vos côtés. Ce plaisir, c’est d’abord et avant tout celui de partager ces instants de convivialité, de nouer des liens d’amitié, autour d’un bon repas et peut-être de quelques tours de piste.

Mais vous me permettrez tout d’abord d’avoir une pensée pour celles et ceux qui n’ont pas pu être parmi nous ce midi, parce qu’ils connaissent des moments difficiles… ou parce qu’ils peinent à se remettre d’une méchante grippe qui est certes, de saison, mais qui est particulièrement prenante cet hiver.

Je veux saluer également nos doyens. Notre doyenne, Juliette MELET – qui se trouve être ma grand-mère – ne pouvait pas être là, mais, à bientôt 99 ans, je l’embrasserai de notre part.

Nous avons toutefois la joie d’avoir parmi nous notre doyen masculin, ou plus exactement nos doyens masculins quasi ex-æquo, les deux Pierre : Pierre PAGET et Pierre PICART qui, à 3 jours d’écart, viennent de fêter leurs 92 ans ! Très bel anniversaire, messieurs.

Cette tradition du repas de début d’année avec les ainés, nous souhaitons bien évidemment la maintenir, parce que c’est une occasion privilégiée pour vous honorer, comme nous le faisons au printemps pour les mères puis les pères depuis l’an dernier.

Je dois vous faire une confidence : nous n’avons pas le même âge. Certains d’entre vous ont même 3 fois mon âge. Je suis donc beaucoup moins sage que vous et j’en sais beaucoup moins sur la vie et ses vicissitudes. J’ai donc encore à apprendre à votre contact et après de vous. Les échanges que nous pouvons avoir sont particulièrement précieux pour moi.

Et puis, de façon plus générale, avec votre vécu et votre expérience, je crois que vous avez un rôle très important à jouer dans notre société. Une société qui est, ces derniers temps plus encore, soumise à d’importantes tensions et tentations extrêmes. Les attentats que nous avons vécus au début de ce mois de janvier nous ont marqué. Ils nécessitent de notre part de l’unité, de la fraternité et du dialogue, afin de ne pas sombrer dans la peur, l’amalgame et le rejet de l’autre.

Les plus jeunes générations – dont la mienne – n’ont pas un recul temporel aussi important que le vôtre pour remettre en perspective les événements. Elles n’ont pas non plus vécu de près ou de loin, des événements historiques tragiques illustrés par la barbarie humaine organisée dont on parlait encore cette semaine à l’occasion de la commémoration du 70ème anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz.

Alors je veux vous le dire et vous le demander : autour de vous, dans vos familles et votre entourage, faites œuvre de pédagogie, transmettez aux plus jeunes vos connaissances et votre vécu. Ce partage est nécessaire, indispensable même pour inscrire la jeunesse dans une histoire qui ne répète pas inexorablement les erreurs et les errements du passé mais qui, au contraire, en tire les leçons pour avancer vers une société plus fraternelle.

Préparer l’avenir, c’est aussi, plus prosaïquement pour nous, élus, agir au quotidien au service des habitants. Pour ne pas être trop long, je n’aborderai que deux sujets : le patrimoine et la solidarité.

Le patrimoine, tout d’abord, parce que je sais que vous y êtes attachés. Nous aussi, c’est pourquoi nous avons plusieurs projets qui devraient voir le jour dès cette année. En effet, après le bardage en tôle du Jura, la chapelle d’Essavilly devrait être dotée d’une nouvelle toiture, l’actuelle montrant de sérieux signes de fragilité et provoquant des infiltrations. De même, si la conjoncture est favorable, nous tâcherons de procéder à la réfection de la toiture de la sacristie de Mignovillard, qui souffre également d’infiltrations depuis plusieurs années.

Œuvrer pour le patrimoine, c’est aussi mettre en valeur notre belle mairie à travers le projet de réaménagement de la place. Il permettra de supprimer le mur d’enceinte pour la sécurité des cars scolaires, de dégager la vue sur le bâtiment qui sera souligné par une mise en lumière. L’agence postale sera enfin accessible sans passer par des marches d’escalier parfois dangereuses, et vous pourrez vous reposer sur des bancs et autour d’une aire de jeux et de rencontre, derrière l’école. Avec ce projet, qui ne va pas bousculer vos habitudes, nous créons aussi le patrimoine de demain, tout comme les anciens ont créé le patrimoine d’aujourd’hui.

En matière de patrimoine, je pourrais vous parler aussi de l’ancienne gare, la maison forestière qui devrait faire l’objet d’un aménagement en logement locatif en 2016 ou alors de la maison Bourgeois et de la cure pour lesquels nous sommes en réflexion.

Je veux également vous parler de solidarité. Solidarité envers les plus fragiles puisque nous allons ouvrir, durant une phase de test, une épicerie sociale en lien avec la Banque alimentaire, pour venir en aide ponctuellement à celles et ceux qui connaissent des difficultés de fin de mois et qui n’ont pas de quoi manger décemment. Il peut s’agir de jeunes sans emploi, de familles monoparentales, de personnes âgées avec de très faibles revenus… Et ce, à Mignovillard et dans les communes alentours. Je pourrai en dire davantage, si vous m’interrogez sur le sujet. Je profite d’ailleurs de cette occasion pour vous préciser que la Commune est dotée – c’est d’ailleurs obligatoire – d’un CCAS, un centre communal d’action sociale, qu’on appelait autrefois « bureau d’aide sociale ». Composé d’élus et d’habitants, tenus à la confidentialité, le CCAS que je préside peut vous venir en aide dans vos démarches ou difficultés à caractère social. N’hésitez pas à nous solliciter.

Solidarité également envers les personnes âgées, puisque nous allons lancer une étude d’opportunité en vue de la création d’une structure d’hébergement pour personnes âgées non dépendantes, de type « foyer logements ». C’est important pour nous, parce que nous savons que vieillir n’est pas toujours facile, que la famille n’est pas toujours à proximité, qu’on ne peut plus forcément rester seul(e) dans une maison devenue trop grande ou trop chère à entretenir. Nous avons donc la volonté d’installer à Mignovillard – comme c’est déjà le cas dans d’autres communes – une solution parmi d’autres à ces questions.

Voilà, je ne développerai pas davantage, sinon, nous ne mangerions que pour le souper.

En guise de conclusion, j’ai en mémoire ce que disait l’acteur américain John Barrymore : « Un homme n’est vieux que quand les regrets ont pris chez lui la place des rêves ». Alors, mesdames, messieurs, au nom du conseil municipal, je vous souhaite encore de très nombreux rêves  et une bonne santé pour cette année 2015 et les suivantes.

Je vous remercie.



Une remarque ? Une question ?


Merci d'entrer le code "antispam" ci-dessous :
verification code

* champs obligatoires


Chantier

personnes aiment Mignovillard

Météo locale

Mignovillard
Aujourd'hui

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux