Bienvenue sur le site
de Mignovillard

Recherche :

Recherche Menu

La Seigne des Barbouillons, une tourbière "réserve naturelle"

La Seigne des Barbouillons - (c) Francis Muller, 2011Histoire

La Franche-Comté comptabilise environ 60 000 ha de zones humides. Le bassin du Drugeon, auquel appartiennent les sites naturels au nord de Mignovillard, compte pour environ 2 500 ha. Dix-neuvième site et rare site de tourbière de métropole valorisé par la convention internationale RAMSAR en France, le Bassin du Drugeon est également l’une des grandes zones humides d’altitude.

Au sein de cette vallée, 37 tourbières sont recensées soit une surface d’environ 1 057 ha, faisant de ce secteur l’un des plus riches de la région en termes d’entité mais également de surface de tourbières. La vallée du Drugeon présente une superposition de zones de mise en valeur et de protection au titre de ZICO (zone importante pour la conservation des oiseaux) en 1982, Natura 2000 depuis 2001, APPB (arrêté préfectoral de protection de biotope) depuis 2002 dans le Doubs et RNR (réserve naturelle régionale) des Tourbières de Frasne-Bouverans.

Au sud-ouest du Bassin du Drugeon, la Seigne des Barbouillons est un petit secteur de tourbière isolé mais présentant des richesses faunistiques et floristisques typiques de ce milieu original. Comme l’ensemble des tourbières du Bassin du Drugeon, la Seigne des Barbouillons a fait l’objet d’une exploitation de tourbe qui s’est heureusement arrêtée assez tôt. La seule trace de cette activité dont nous disposons provient du « Précis du partage de la Seigne derrière l’église et le cimetière à Mignovillard » datant du 21 juin 1760. Dans ce document, il est question de la division des cantons de tourbe pour les habitants de la commune, la limite des cantons s’appuyant souvent sur de « vieux fossés » qui existaient donc, pour certains, déjà à l’époque. Des plantations d’espèces ligneuses ont également été tentées, la présence du pin sylvestre en étant la seule trace visible.

Conscient qu’il fallait protéger cette tourbière, le Conseil municipal de Mignovillard en partenariat avec un propriétaire privé créent le 19 février 1987, la Réserve naturelle volontaire (RNV) de « La Seigne des Barbouillons », légitimée par un règlement qui protège très strictement la tourbière, sur 14,60 ha. Vous pouvez consulter l'arrêté préfectoral de création de la réserve en 1987.

En 2013, le périmètre initial de la réserve, devenue depuis 2002 réserve naturelle régionale, a été revu. L’ancien périmètre établi lors de la création de la RNV en 1987 se limitait à la zone tourbeuse du site et au cadastre. Ce périmètre n’intégrait pas l’ensemble du bassin versant de la tourbière considéré comme l’unité fonctionnelle de gestion du point de vue hydrologique. La restauration d’un marais n’étant ainsi possible que si elle est entrevue dans le contexte plus large du bassin versant, il était impératif de prendre en compte l’ensemble du biotope dans toute sa fonctionnalité hydrologique.

 

La Seigne des Barbouillons - (c) Francis Muller, 2011Habitats et espèces patrimoniales

La tourbière de la Seigne des Barbouillons fait partie de la vallée du Drugeon, reconnue à l’échelle internationale pour l’étendue (plus de 2 000 hectares) et la diversité de ses zones humides.

Cette tourbière est considérée comme un exemple type de tourbière jurassienne, et constitue pour les scientifiques un « témoin » de l’évolution des tourbières. Cette tourbière en est encore au stade « tourbière bombée à sphaignes en partie boisée ». La flore est typique de ces milieux, c’est-à-dire le domaine des « éricacées » (callune, myrtille, airelle des marais…) avec également une forte population de plantes carnivores (droseras) et d’autres plantes spécifiques des marais acides. 4 espèces végétales protégées sur le plan national et 2 au plan régional sont également présentes dans la RNR. On assiste à un boisement naturels (pin à crochet, bouleau, pin sylvestre, épicéa) dont l’évolution est très lente mais à surveiller.

La cartographie des habitats naturels réalisée dans le cadre de l’élaboration du document d’objectifs du site Natura 2000 a permis d’identifier 9 habitats naturels d’intérêt communautaires différents, dont :

  • 2 habitats d’intérêt communautaire prioritaires
    • Végétation des tourbières hautes actives (CN2000 71.10-1*), milieu d’intérêt écologique majeur, sur une surface de 6,7 ha soit 19,4 % de l’ensemble de la zone : les communautés de tourbière bombée à Trichophorum cespitosum (CC 51.114) sont très majoritaires
    • Pessières de contact des tourbières bombées/Bois d’épicéa à Sphaignes (CC 44.A4, CN 2000 91DO-4*) sur une surface de 4 ha soit 11,6 % de l’ensemble de la zone.
  • 7 habitats d’intérêt communautaire

La flore emblématique de la réserve naturelle est constituée d’espèces vulnérables ou menacées des complexes tourbeux :

  • Protection nationale : l’Andromède/Andromeda polifolia, les Rossolis à feuilles rondes/Drosera rotundifolia, la Linaigrette grêle/Eriophorum gracile, la Laîche des bourbiers/Carex limosa
  • Protection régionale : le Séneçon à feuilles spatulées/Tephroseris helenitis, la Grassette commune/Pinguicula vulgaris

Le site est également marqué par une grande richesse faunistique notamment sur le plan entomologique : c’est un des sites majeurs de la région en ce qui concerne les papillons de jour. Les espèces présentes ont pour la plupart un statut de protection nationale comme par exemple le cuivré de la bistorte (Helleia helle) et le nacré de la canneberge (Boloria aquilonaris). Les libellules ne sont pas en reste avec la rare aeshne subarctique (Aeshna subarctica) qui est un exemple d'espèce relictuelle.

Les principales menaces à la préservation des milieux et espèces du site sont :

  • le réseau de drainage est important, il contribue à assécher la tourbière et peut favoriser la colonisation en épicéas.
  • la dynamique naturelle de boisement : recolonisation des milieux.
  • le prélèvement d’espèces protégées

 

La Seigne des Barbouillons - (c) Francis Muller, 2011Les activités au sein de la réserve naturelle régionale

L’agriculture

Il s’agit de la seule activité économique exercée dans la réserve sur une surface de 16 ha 48 a soit 47,6% de la surface totale de la RNR.

Les activités cynégétiques

L’ACCA de Mignovillard, regroupant chasseurs de la commune (sociétaires, ayants droits et membres 1/2) au sein de l’AICA La Diane des Deux Joux, exerce son droit sur le périmètre de la RNR. Mignovillard fait partie du pays cynégétique du Haut Revermont et Haute Vallée de l'Ain.

Le tourisme et la randonnée

Avec l’existence des tourbières de Frasne-Bouverans à proximité, site majeur de la Vallée du Drugeon et aménagé pour l’accueil du public (2 sentiers avec ponton), la Seigne des Barbouillons n’est pas destinée à accueillir des visiteurs. Ainsi, seuls quelques locaux et connaisseurs s’y aventurent (notamment pour la cueillette des myrtilles).

Cependant, deux circuits pédestres, GR de pays (marquage jaune et rouge), contournent la RNR par l’ouest et le sud : n°1 « Fontaine Carré » et n°2 « Chemin des noisettes », respectivement d’une longueur de 9,2 km et 9,7 km.



Une remarque ? Une question ?


Merci d'entrer le code "antispam" ci-dessous :
verification code

* champs obligatoires


Chantier

personnes aiment Mignovillard

Météo locale

Mignovillard
Aujourd'hui

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux